Nouvelles d’Eloïse, en mission à Abidjin Koute en Côte d’Ivoire

Abdijan

Arrivée sur place, la chaleur avant tout ! Mon dieu la chaleur a été très compliqué ! J’ai ressenti une lourdeur sur mes épaules dès mes pieds posés sur le sol ivoirien. Une sœur est venue me chercher celle qui se trouve « à la palmeraie », c’est à dire le siège de la congrégation Notre Dame de la Paix.Je suis restée la bas 2 jours. Elles m’ont fait découvrir un peu le pays.Et c’est la que j’ai découvert vraiment ce que avais en tête.Beaucoup de population dans les rues, les marchés  sur les côtés, les gens qui vivent que de cela. Les enfants, beaucoup d’enfants qui travaillent pour leur parents. Les routes aussi qui ne sont pas bétonnées. 


Abdijin Koute

Je suis arrivée à Abdijin Koute, dans le college/internat des sœurs notre Dame de la paix. L’installation très bien. Ce qui m’a aidé ? La sœur Annabelle qui était déjà venue en France, ça m’a fait un plaisir fou de parler de Ma France, tout en découvrant bien sûr la population ici.Avec Annabelle, je peux poser toutes les questions inimaginables. À mon arrivée, elle m’a acheté des sprays, me conseillant quand les mettre. De la confiture, du chocolat, des bouteilles d’eau, même du savon.J’ai trouvé ça hyper sympa de sa part.Ici, nous mangeons ensemble surtout le soir. Les sœurs ne déjeunent pas quand elles ont énormément de travail. En tant infirmière, je m’intéresse à leur état de santé ! Je leur dis de ralentir et de manger !On prie matin midi soir et aussi durant les messes. Le matin je n’y vais pas. Mais le soir oui et je vais au messe.Je trouve que les messes sont hyper dynamiques. J’ai assisté à une confirmation la semaine dernière 400 confirmants (impresionnant) et ça a durant 4h00. J’ai pas ressenti de longueur. Les femmes chantaient, c’était dynamique. L’évêque m’a beaucoup fait rire aussi.Je vais aussi à la messe des collégiennes. Ici aussi c’est dynamique. Elles chantent toutes ! Respectent à fond la religion.J’aime échanger avec une novice sur sa motivation à devenir sœur et aussi comment faire pour devenir soeur. C’est assez drôle la différence d’opinon que l’on a à deux. Mais c’est tellement enrichissant. 
Je trouve que la novice est ici pour apprendre en communauté c’est tout, elle fait tout ce qui est ménage, repas avec la cuisinière. Elle ne veut pas que je l’aide à faire quelque chose. Elle ne veut pas que j’apporte le plat à table ou des choses comme ça, je suis obligée d’insister. Ça aussi ça m’a choqué ! Le fait qu’elles ont une cuisinière ! Matin midi et soir, sauf le week end. Mais en y réfléchissant bien, heureusement qu’elle est là. Les sœurs n’ont pas le temps de faire à manger. Heureusement que j’avais vécu deux jours en communauté ça m’a fait un ptit point de rappel. Les sœurs n’ont pas trop de nouvelle de leur famille, c’est très compliqué pour moi d’entendre cela. Car moi la famille c’est précieux. Et je me dis que heureusement que je reste que 2 mois car ma famille me manque. Mais en même temps j’ai envie de rester plus pour plus découvrir la population. Ce qui m’a impressionnée. Les enfants qui n’ont jamais vu de blanches. C’est pour moi un plaisir de leur éveiller leur journée. Tout le long de la route, ils disent regarde « il y a une blanche ! » j’en rigole 😂 ils viennent vers moi pour me toucher et me dire bonjour. Un peu comme les collégiennes qui me posent énormément de question sur ma vie. « est ce que j’ai des enfants, un copain, ma couleur preferee » etc.. 

Mes journées 


Alors pour mes journées, je commence avec l’infirmière.Ici le paludisme est présent. Les filles ne font pas attention, ont tellement chaud qu’elles ne mettent pas leur mousticaire et leur spray. Elles l’attrappent facilement. Je suis la pour faire de la prévention et en même temps les soigner. C’est compliqué car elles n’ont pas de médicaments. Et sont en période d’examens ! Alors c’est compliqué d’avoir des médicaments. Quand je suis arrivée, j’ai proposé à l’infirmière de trier les médicaments qui sont périmés. On en a récupéré beaucoup trop. Et des médicaments qui sont périmés en août que l’on peut encore utilisé avant la rentrée des élèves. Mais c’est compliqué, les parents s’y mettent… Au lieu de ramener, des traitements pour leur enfant. Donc on en a parlé à Annabelle qui a fait un message aux parents pour le paludisme. De mon côté, j’ai rencontre le médecin chef avec qui j’ai discuté de la prévention sexuelle. Elle m’a dit que les sœurs avaient refusé la plus part des choses mises en place pour la prévention des jeunes filles. Alors que mon discours avec Annabelle était complètement opposée. Du coup, j’ai un peu bougé les choses. Je veux mettre en place quelque chose pour ces jeunes filles car il y en a qui ont eu une grossesse ou un avortement. 
L’infirmière ici est un peu psychologue, sage femme, docteur, infirmière et maman a la fois. Tout le monde vient la voir que ce soit les collégiennes, les professeurs ou même les sœurs. Mais elle n’a pas de moyen. Elle a rien, c’est très frustrant de travailler dans ces conditions. Je l’aide pour trier ces médicaments. Je fais également de la musique avec le professeur de musique. Il a l’oreille musical ce qui est top. Il a un niveau incroyable par rapport à moi ! On a bien discuté. Il veut que je le fasse venir en France 😂Je fais aussi en même temps un moment je passe du temps à Tchenfeto. C’est une ferme pédagogique ou des étudiants prennent en charge des animaux et des végétations. J’aime beaucoup, sauf que pour l’instant je suis allée que vendredi pour découvrir et ne pas trop aidé… J’ai plutôt regarder. Donc bon, je t’avoue que pour l’instant je ne sais pas quel est mon travail la bas. Donc j’attends. En tout cas le lundi, mardi, je suis avec l’infirmière et les autres jours à tchenfeto. Ensuite on sorstbeaucoup avec Annabelle, on est parti à la mer avec toute les sœurs de la communauté, enfin celles qui ont bien voulu venir. C’était super, on a bien mangé, bien bu, j’ai cramé ! Littéralement, malgré ma crème solaire que je mettais à chaque fois. Nous sommes parties aussi dans les villages pour découvrir et rendre visite à une éducatrice qui était malade. J’ai pu voir l’intérieur qui est impressionant. Les petits villages qui ont plein de ressources quand tu y rentres dedans, coiffeur et infirmier à disposition ! 


La religion

Je suis catholique pratiquante. Je prie beaucoup pour moi l’année prochaine, ma famille aussi qui me manque beaucoup. J’ai trouvé qu’on qualifiait pas assez la femme dans son ensemble. Ici la femme doit être éduquer. Et faire des enfants. C’est complètement différent de la France. Mais je pense que c’est entrain de changer tout doucement.

Partager cet article

Laisser un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces HTML Tags et attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*