Combien ça coûte ?

Opération Amos est une association qui cherche à vivre sur la base d’une participation financière faible, ce qui est rendu possible par un travail associatif assuré sur la base du bénévolat.

En conséquence, il est demandé au volontaire d’assumer la plus grande partie des frais occasionnés par sa mission. Concrètement, ces frais – qui sont évidemment variables selon les destinations – correspondent aux billets d’avion A/R, aux vaccins à faire avant le départ, à une participation aux frais de formation et à la prise d’une assurance couvrant les risques propres à un séjour à l’étranger. Exceptionnellement il arrive que certains partenaires aux conditions de vie sommaires demandent une participation aux frais de séjour.

La cotisation annuelle (10 euros) est également requise avant un départ, ainsi que des frais de dossier de 20 euros.

A l’expérience, le cumul des frais indiqués se situent dans une fourchette entre 1.000 et 1.600 euros par volontaire.

Opération Amos envoie-t-elle des groupes ?

À part le groupe mission Tanzanie, Opération Amos a fait le choix d’envoyer ses volontaires de manière individuelle sur les postes des partenaires avec lesquels elle travaille. Ce choix veut favoriser la rencontre directe des Amosiens avec les réalités locales et cela permet d’envoyer des volontaires là où il serait beaucoup plus difficile d’envoyer des groupes.Ce n’est qu’exceptionnellement que l’association a envoyé des volontaires à deux sur un même poste.

Quelles durées minimales sur un envoi ?

Opération Amos vise à une entrée en collaboration des Amosiens avec des personnes d’autres cultures déjà actives dans des domaines divers, mais toujours dans un esprit de service. Cette collaboration, la connaissance mutuelle ainsi que  la découverte de réalités culturelles différentes demandent du temps. La durée minimale d’un séjour est donc de deux mois.

Quelle durée maximale ?

La réponse à la question précédente peut laisser supposer qu’il n’y a pas de durée limite à une expérience avec Opération Amos. Ce n’est pas vrai. Le statut des Amosiens reste en effet celui d’un bénévolat et il ne peut donc dépasser une durée trop longue sans mettre en difficulté l’avenir du volontaire lui-même. Au-delà de six à huit mois, il convient de chercher des associations pouvant prendre davantage en charge la personnalité même du volontaire, notamment ses cotisations sociales.

A ce sujet il convient aussi de favoriser, pour ceux qui le peuvent, une expérience de type Volontariat de Solidarité Internationale (VSI) telle qu’offerte par la Délégation catholique pour la Coopération (dont vous pouvez visiter le site internet) par exemple. Toutefois le statut de VSI demande un engagement d’au moins un an plein à l’étranger.